Adopter la slowfashion vs les soldes


Bien être, Diminution des déchets, Minimalisme / 23 juin 2019

Si vous êtes un.e accro du shopping, vous devez certainement connaître la date de l’ouverture des soldes d’été : le 26 juin 2019 ! Dans ce cas, je pense que j’aurai du mal à vous faire passer mon message dans cet article. Peut être que vous faîtes tout votre shopping dans les magasins par habitude, parce que vous n’avez pas réfléchi à d’autres possibilités. Je profite de cette période de soldes à venir pour vous montrer qu’il existe d’autres façons de consommer en étant éco-responsable.

Quand on a un petit budget, ou que l’on veut simplement bien le gérer et que l’on a un besoin particulier, faire les soldes peut être une nécessité. En revanche, si vous vous pointez dans les magasins sans vous y être préparé à l’avance, c’est le meilleur moyen pour tomber dans le piège ou sous le charme d’une multitude d’objets, d’articles, d’habits qui vous plaisent mais dont l’utilité, une fois chez vous, est nettement plus discutable. Alors, pour éviter de se retrouver avec un énième objet qui prendra la poussière dans votre logement, voici mes conseils. 

Vous aimez l’article ? Epinglez-le sur Pinterest !

Pourquoi notre façon de consommer est-elle mauvaise pour la planète, pour notre moral et notre portefeuille ?

Car en effet, si la fastfashion* (mode rapide) a révolutionné notre manière de consommer il y a plusieurs décennies, si aujourd’hui, il est tellement facile de s’acheter une paire de chaussures et un tee-shirt, cela a de réelles répercussions sur notre moral, notre planète et notre portefeuille. 

*fastfashion = « c’est une expression anglo-saxonne utilisée pour désigner le renouvellement, le plus rapide possible, des collections d’articles de la mode vestimentaire. Le fast fashion concerne le plus souvent des produits à prix peu élevés et qui ne sont pas destinés à être conservés d’une saison sur l’autre par l’acheteur. Le but est de traduire dans les meilleurs délais les tendances perçues de la mode à un instant t (ou mieux t-1), en proposant à la vente des produits représentatifs et accessibles, afin d’inciter au maximum au renouvellement de la garde-robe du client. Cela implique une réactivité maximale de la marque, une souplesse du processus de production (quick-response) et des flux logistiques tendus à l’extrême. »

source : emarketing.fr

Cela nous incite à acheter inutilement

Se promener dans les allées à la recherche de quelque chose à acheter, souvent ça finit par prendre la poussière. Ce qui m’est arrivé à Noël dernier, je souhaitais acheter un livre pour ma fille aînée, en faisant le tour du rayon, j’ai trouvé également des blocs magnets sur le frigo pour mon père, mon beau-père et mon mari. Un petit cadeau pour compléter. Du matérialiste, je devrais d’ailleurs leur demander si, 6 mois plus tard, ils continuent à les regarder chaque jour ou si c’était inutile ! Alors certes, parfois on a besoin d’idées, mais si l’idée ne vient pas de la personne qui recevra le cadeau, il y a de grandes chances pour que ce ne soit pas une si bonne idée que cela finalement…

A lire sur le sujet des cadeaux : 30 idées de cadeau pour la fête des papas et des mamans

C’est du stress et de la fatigue

On se retrouve dans la cohue, on doit farfouiller à la recherche de notre taille, parfois sans succès. On peut se retrouver à faire la queue de façon interminable pour essayer, puis pour payer (si on a eu le courage d’arriver jusqu’à la caisse !). Alors c’est une non fashion victime qui vous parle, alors forcément, à l’idée d’aller faire les magasins, je ne suis pas franchement emballée. J’ai même tendance à fuir si je vois qu’il y a trop de monde ou bien encore si j’aperçois de la pagaille, si je vais être obligée de farfouiller… j’ai horreur de ça ! (d’ailleurs, à la maison, c’est rarement moi qui cherche les objets perdus… ^^)

Mais quand on achète sur internet, on ne peut pas essayer. Pour les paires de chaussures notamment, je ne trouve pas ça pratique. Alors, à la rigueur, on peut toujours profiter des systèmes avantageux pour gagner du temps et de la tranquillité. Beaucoup de boutiques proposent les click&collect ou bien les retours gratuits. Ce qui permet de pouvoir essayer tranquillement chez-soi. Sinon, il y a d’autres solutions à la fin de cet article.

Notre budget en prend un coup

Personnellement, à chaque fois que je me rendais en magasin, tous mes articles achetés n’étaient pas soldés. C’est une très bonne technique pour les boutiques cela dit, ils appâtent le client en lui mettant sous les yeux la nouvelle collection. Et si nous sommes tant tentés par la nouvelle collection, ne serait-ce pas parce que les articles soldés sont démodés ? 

On se fait avoir sur la marchandise

Acheter à bas prix forcément, c’est rogner sur la qualité. En ce qui me concerne, je vois de plus en plus la différence. Bien évidemment que c’est tentant d’acheter une paire de chaussures à 10 € et pouvoir s’en offrir plusieurs ou tout simplement pour contrôler son budget. Seulement, quand la dite paire de chaussures casse au bout de 2 semaines seulement d’utilisation, ça fait mal ! A l’inverse, j’ai investi une cinquantaine d’euros dans des bonnes chaussures, de qualité, que j’ai pu porter régulièrement sur plusieurs années. Je vous laisse faire le calcul…

On nous prend pour des lapins de garenne

Est-ce que vous aussi, vous recevez des réductions par mail / SMS chaque mois ? A part si on a besoin à un instant T et très précis que l’on a pas anticipé, sinon il est maintenant très facile de profiter de réductions tout au long de l’année. Comment se fait-il que les grandes marques puissent proposer des offres aussi souvent ? Ne gonfleraient-elles pas les prix pour faire croire au consommateur qu’il fait une bonne affaire, même en dehors des soldes ?

On contribue à un système économique non responsable écologiquement et humainement parlant

Last but not least, savez-vous que l’industrie textile est une des plus polluantes au monde, notamment à cause de la culture du coton, grande consommatrice d’eau, de soleil et de pesticide ?  

 « D’après l’Ademe, la mode émet chaque année 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre, soit davantage que les vols internationaux et le trafic maritime réunis. Un impact climatique majeur, qui s’ajoute aux autres effets de la filière, comme la pollution et le gaspillage. »

Source : Lacroix.com

Sans compter l’exploitation de travailleurs exerçants dans des conditions difficiles, au contact de produits toxiques et tout ça pour un salaire de misère.

« Ce serait bien que ceux qui achètent ces habits se rendent compte des conditions de leur fabrication », espère Hong Chantan. 

source : Economiematin.fr

Hong Chantan est une chinoise interviewée par l’association Ethique sur l’étiquette et qui travaille 12h par jour, 6 jours sur 7 toute l’année, jours fériés compris. Et qui, comme tant d’autres, travaille sans aucune sécurité, sans mesures d’hygiènes et sans, je l’imagine, grand respect de sa personne.

Pour en savoir plus :
– un article de Natura sciences, « la fast fashion ruine la planète » 
– un article de Lacroix.com, « les désastres écologiques de la fast fashion ».
– un article de Economiematin.fr « Il y a quoi derrière l’étiquette ? »

Où et comment peut-on shopper de manière éthique ?

En ce qui me concerne, je suis encore une bien mauvaise élève et nous avons tant à changer dans notre façon de consommer. Mais la base est d’avoir conscience de tout cela et le blog me permet d’avancer plus vite dans ma démarche. J’indique, dans les conseils ci-dessous, les habitudes que nous avons déjà mises en place.

Tout d’abord, l’inverse de la fastfashion est bien sûr la slow-fashion (mode lente).

« {…}Le terme de Slow Fashion se réfère aussi bien à la fabrication qu’à la consommation d’articles de mode raisonnée et raisonnable. Entrer dans une démarche de Slow Fashion s’applique donc aussi bien du côté des marques que du côté du consommateur. »

Source : bloomers.eco

1. Acheter raisonnablement

Ça veut dire quoi ? Ça veut dire faire le point sur ce que l’on a dans son placard et noter ce qu’il nous manque réellement avant d’aller en magasin. Si notre dressing est très fourni, on oublie ce que l’on a exactement, les pièces sont cachées les unes sous les autres (à part si vous avez opté pour le rangement façon Mary Kondo) et on se retrouve à acheter un 6e short alors qu’en réalité, on n’en porte que 2 au quotidien. 

2. Acheter de la qualité

Acheter chez des créatrices. Ces marques là remettent la qualité au centre de leur business. Transparentes sur les modes et les coûts de fabrication, ainsi que sur les marges réalisées, elles sont davantage à l’écoute de leur clientèle et ont un réel respect pour le vêtement et pour les personnes qui contribuent à sa fabrication. Certes, le coût initial est plus élevé, je n’ai pas encore testé mais je parie que la qualité est nettement supérieure à celle des  boutiques très connues vendant à bas prix.

La plupart d’entre elles ne font cependant pas de soldes, ce qui peut être un frein lorsqu’on a l’habitude de dépenser peu ou que l’on a un petit budget. Mais il faut raisonner sur le long terme et il est à savoir que ces marques s’attachent à pratiquer un prix juste et correct tout au long de l’année.  

Photo by Priscilla Du Preez on Unsplash

Voici quelques unes d’entre elles : 
La révolution textile 
La gentle factory
Patine
Les récupérables
Tranquille Emile

Pour les femmes enceintes il y a :
Envie de fraise (leurs engagements sont un peu succincts mais c’est de la création française, produite en France et de qualité, je me suis fournie chez eux ^^)

3. Acheter d’occasion

Via des sites spécialisés

Le bon coin pour le plus connu bien sûr. J’utilise également Vinted sur laquelle je suis inscrite et y dépose principalement les habits de mes filles. Pratique, rapide, j’achète et je vends et n’ai rencontré aucun problème pour le moment. Je vous donne le lien de mon profil si vous souhaitez y faire un tour.
Il existe d’autres plateformes pour les plus gros budgets comme Vide Dressing, Vestiaire Collective ou encore Prêt à changer où l’on peut trouver des pièces de mode jusqu’à -70% du prix boutique.
La marque Cyrillus a créé un site communautaire : seconde histoire

Via des vide-dressings professionnels

Comme le fait Violette Sauvage où des événements sont régulièrement organisés en France, dans les grandes villes et où l’on peut trouver des articles de luxe de seconde main.

Via des brocantes

C’est souvent ce que je fais. Parfois, c’est une perte de temps et d’autres fois, ce sont de bonnes affaires effectuées. La grande majorité du dressing de mes filles est composée d’habits venant de brocante que j’achète à 1€. Alors ça vaut carrément le coup quand on achète, beaucoup moins lorsque l’on souhaite vendre son super ensemble de marque acheté 30 ou 40€ !
Pour moi, je préfère essayer avant d’acheter alors je me rends parfois dans des bourses aux vêtements où il est possible d’essayer.

Via du troc entre copines

Pourquoi pas se retrouver entre copines et s’échanger ses habits ? En organisant une soirée sympa et demander à chacune d’apporter les habits qu’elle ne porte plus, à condition qu’ils soient toujours en bon état bien sûr.

Via des magasins de friperies

Sur internet il y a par exemple Once again, pour femmes et hommes à des tarifs imbattables ou Patatam pour les femmes et les enfants. 
Et à chercher autour de chez vous pour des boutiques physiques où vous pouvez essayer.

Pour conclure cet article, je vous conseille donc de bien préparer vos achats, de penser 1 habit entré = 1 habit sorti pour éviter de se retrouver avec une penderie pleine à craquer qui vous fera plus de mal au portefeuille qu’au moral ! Avoir une garde robe minimaliste selon moi, ce n’est pas forcément ne posséder que 2 pantalons, 2 jupes et 4 tee-shirt, c’est surtout porter tous les habits qui composent notre dressing et donc ne pas conserver ceux que l’on ne souhaitent plus porter. 

Pour en savoir plus sur le minimalisme : lisez notre article « Everything that remains : a memoir by the minimalists »

« S’il ne fallait retenir qu’un conseil, ce serait celui-ci : ralentir. Prendre le temps de choisir des vêtements qui nous vont (et pas « qui nous irons ») et qui nous plaisent, plutôt que de les acheter parce qu’ils sont en solde…

Source : la révolution des tortues

Pour savoir comment se composer un dressing minimaliste, allez visionner la vidéo de ma copine Cécile, blogueuse sur Célia Dreams 😉

Quel est votre rapport au shopping ? Vous êtes plutôt fast ou slow ? Vous connaissez des créateurs.trices français à nous recommander ? Vous avez d’autres astuces que vous souhaiteriez partager ? Dites-nous tout dans les commentaires !

Partagez !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.