Comment fêter Halloween dans le partage et sans l’orgie de sucre ?!


Diminution des déchets / 28 octobre 2019

C’est une fête importée d’outre manche… je boycotte !
C’est une fête commerciale… je boycotte !
On ne fait que se bourrer de sucres et d’édulcorants… je boycotte.

Voilà, en substance, ce que j’entends sur Halloween. Mais quand on aime faire la fête, ce serait dommage de se priver d’une occasion. Si l’on pense que Halloween est une fête commerciale, c’est avant tout ce que l’on décide d’en faire. On peut très bien choisir d’organiser une « party » à notre image, sans dépenser des fortunes dans les magasins, sans se retrouver avec une montagne de déchets le lendemain et sans se gaver de cochonneries !

Vous aimez l’article ? Epinglez-le sur Pinterest, merci 🙂

D’ailleurs, d’où vient vraiment cette fête d’Halloween et que signifie t’elle ?

Halloween est au départ une fête celtique d’origine irlandaise : le nouvel an Celtique !

Il y a environ 3000 ans, le calendrier Celte ne se terminait pas le 31 décembre, mais le 31 octobre. Et cette dernière nuit de l’année était la nuit du dieu de la mort (Samain ou Samhain). 

En octobre, les nuits se rallongent et la légende raconte que les fantômes en profitaient pour rendre visite aux vivants. Alors pour éviter que les fantômes ne viennent les hanter, les celtes avaient quelques rituels dont celui de s’habiller avec des costumes terrifiants pour faire peur aux fantômes et de se réunir pour faire la fête le soir du 31 octobre.

Ce sont les immigrés irlandais qui ont apporté avec eux la tradition d’Halloween aux Etats-Unis !

Définition tirée du site www.momes.net

Que pourrait être Halloween ?

Pour ce 31 octobre 2019, comme l’année dernière, mes filles seront en vacances chez leurs grands-parents. Mais cette année, je me sens mal à l’aise avec Halloween et ce que j’aurais pu m’apprêter à organiser comme d’habitude. Tout comme je me sens de moins en moins alignée avec Noël également (ce qui fera l’objet d’un autre article). 

Pour moi comme pour beaucoup : Halloween = se déguiser + déambuler dans les rues + bonbons à foison…

Certes, je ne suis pas une fana des bonbons et ça m’aide très certainement à essayer de rationaliser le concept aujourd’hui. Cependant, je n’ai pas envie que ma fille se gave de sucre raffiné et de produits toxiques à gogo. Je ne suis pas non plus extrémiste et je ne peux tout supprimer du jour au lendemain donc bon, quelques friandises de temps en temps OK. Mais une orgie de bonbons ? argh quelle horreur !

Vous allez me dire que c’est au parent de réguler l’appétence pour les sucreries de nos chérubins et d’éviter que le menu type de ses prochaines semaines se compose de gourmandises au petit déjeuner, au déjeuner et au dîner ! (ah et puis j’ai oublié le goûter aussi !)

Oui évidemment que je n’aurai pas laissé ma fille se goinfrer de tous les bonbons récoltés. Tout comme je le fais déjà pour les chocolats puisqu’il lui en reste encore de Noël dernier (et encore, on avait anticipé en amont pour réduire la quantité !)

Néanmoins, pour coller à mes convictions et ne pas m’obliger à suivre la voie du « tout le monde fait comme ça », je me suis reconnectée aux valeurs de cet événement que je souhaiterais transmettre.
De la définition citée plus haut, j’ai envie de retenir : « se réunir pour faire la fête ». J’aimerais communiquer à mes filles le plaisir de créer ensemble et partager. Dans notre société actuelle, nous vivons beaucoup renfermés sur nous. De plus, je suis d’une nature assez introvertie mais grâce à mes filles, je m’ouvre davantage aux autres et j’ai de plus en plus envie de partager, de vivre des moments particuliers avec mes proches et mon entourage. Ce sont ces instants là qui ont une saveur particulière et dont on se souviendra longtemps. 

Mon ami Google m’a aidé dans ma quête et je suis tombée sur ce très bon article où, outre de prodigieuses idées de substitutions aux bonbons, il est écrit que « Ce que les enfants aiment, c’est se balader dans les rues et sonner à la porte des voisins, d’autant plus que l’expérience s’accompagne d’un déguisement, d’une promenade avec les amis un soir d’école et une récompense à laquelle ils n’ont pas droit tous les jours. »

Et oui, c’est surtout ça que les enfants désirent : vivre une expérience qui sort de l’ordinaire. Quel enfant n’aime pas se déguiser ? Quel enfant n’aime pas vivre une soirée spéciale où lui est autorisé ……………………… c’est juste le kiffe ultime ! Bon, les bonbons c’est peut être ça aussi le kiffe suprême pour eux ! 

C’est pourquoi, j’ai cherché des idées qui permettraient aux enfants de passer une bonne soirée tout en respectant les convictions des parents qui pourront, par là même, transmettre leurs valeurs. 

Ma fête d’Halloween idéale et personnalisée 

Voici, dans l’idéal, un scénario de la fête que j’aimerais organiser pour ma Choupie de 4 ans.

J’inviterais ses copines/cousins/cousines dans notre maison. Cette dernière serait décorée avec des fantômes, des chauves souris… que nous aurions fabriqué ensemble les jours précédents avec du matériel de récupération et donc, presque 0 déchets. Mais malheureusement, cette année, fût un échec cuisant, mes chauves-souris et compagnie n’ayant eu aucun attrait pour elle à côté d’Olaf qu’elle s’amuse à peindre sur tous les rouleaux de papier toilette que l’on récupère, depuis que le 1er est né pour son anniversaire ! 

Source photo : les-bonnes-idees
Capture d’écran 2019-09-23 à 15.13.47.png
Source photo : lifeofahomebody

Nous débuterions les festivités par une séance d’habillage avec les déguisements. Ma fille en étant fan, je pense que nous allons vite avoir une malle aux trésors et il serait sympa de voir monter l’excitation chez ses camarades lorsqu’ils les découvriraient et auraient la possibilité de faire leur choix. Mais il serait tout aussi prudent de demander aux parents d’emmener leur propre panoplie ^^ Pour ne pas risquer une crise diplomatique du « c’est à moi ! Mais je le veux ! » 

Je continuerais éventuellement par une séance de maquillage. Même si je ne me suis jamais essayée à l’exercice, je m’inspirerais de tutoriels sur le net, à part si, d’ici là, je me dégotte une connaissance maîtrisant l’art du maquillage artistique ! J’utiliserais un maquillage bio et non toxique pour la peau en me fournissant, par exemple chez Namaki ou en le réalisant moi même à l’aide des recettes de mieux vivre autrement. Je pourrais également me fournir en tatouages que les enfants, non occupés à me servir de cobaye, pourraient se coller mutuellement sur la peau (je n’ai pas encore trouvé de tatouages respecteux de la peau et de l’environnement, si vous connaissez des marques, je vous invite à me les faire connaître dans les commentaires).

Source photo : ma famille zen

Pour immortaliser toutes ces beautés, je leur proposerais un défilé / séance photo pour garder ce moment là en souvenir. Au plus tôt dans la fête pour que le maquillage soit encore intact ^^

Ensuite, je poursuivrais par une séance de cuisine avec les kids. Bien sûr, la majorité des confiseries serait déjà réalisées (je ne suis pas suicidaire !) Mais la majorité des enfants aimant la cuisine et moi voulant leur transmettre le goût des bonnes choses naturelles, le concept pourrait être intéressant et efficace. Ainsi, nous serions tous autour de la table à confectionner de délicieux biscuits maison, cela permettant de contrôler les ingrédients et surtout la quantité de sucre (gniark gniark !).
Bien sûr (bis), j’aurais pris soin, en amont, de préparer les quantités nécessaires à chacun et disposé le matériel adéquat au centre de la table pour faciliter leur autonomie et ne pas risquer me retrouver avec une cuisine toute retournée !

Source photo : pays de Candice

Ou encore, nous pourrions décorer de magnifiques cupcakes (cuisinés à l’avance) pour laisser libre court à leur imagination. Ca ferait moins de boulot à Maman pour nettoyer ensuite ! 

Source photo : recreatiloups

Pendant que les cookies seraient à se dorer au four, nous entamerions une séance de peinture pour décorer des photophores que nous pourrions ensuite disposés dans le jardin ou bord des fenêtres à la tombée de la nuit. Selon l’humeur, l’âge et l’excitation du groupe, et si l’on a pas récupérés assez de pots en verre, cela pourrait tout aussi bien être de simples coloriages sur le thème bien évidemment.

Source photo : Modes et travaux
Source photo : rhythmsofplay
Source photo : c-monetiquette

Nous pourrions guetter la venue des premiers enfants du quartier pour leur distribuer, au choix, nos délicieuses confiseries ou un sort.

Et puis nous pourrions terminer cette après-midi/soirée :

  • en nous rendant à une Halloween’s party organisée par notre commune ou dans les environs.  Par ex à Paris , à un concert rock pour les +6 ans , faire un escape game sur un bateau parisien (+6 ans)… Il y a pléthore d’événements organisés !
  • en nous rendant dans un parc de jeu en intérieur comme au Royal Kids ou au Woupi Parc.
  • en restant tranquillement chez nous, occupés à tester de nombreuses activités gentiment terrifiantes et raccompagnant nos camarades dans leurs maisons respectives (dans le cas où ce sont nos voisins bien sûr).

Ca, ce serait mon idéal. Peut être que cette fête d’Halloween prendra vie l’année prochaine si j’ose. Peut être qu’elle ressemblera exactement à ce que j’ai décris dans l’article, peut être que le programme s’étoffera ou au contraire serait réduit parce que j’ai vu trop grand. Sûrement que je relirai cet article de blogdesmamans.com pour organiser au mieux cette fête depuis l’invitation,  jusqu’à la dernière animation.

J’aimerais refermer la porte sur le dernier copain de ma fille et me dire « Ouf, ça s’est bien passé ! Et qu’est-ce que j’ai aimé préparer cette fête à mon image 🙂 »

J’espère que vous pourrez glaner des idées dans cet article. Qu’allez-vous faire pour Halloween cette année ?

Partagez !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.