Stop au plastique !


Diminution des déchets / 3 juillet 2019

Savez-vous que les cotons-tiges (dont la tige est en plastique) et la vaisselle jetable seront interdits à la vente à partir du 1er janvier 2020 ? En effet, l’utilisation du plastique devient très controversée et l’Etat prend des mesures pour réduire sa production. 

Le plastique, c’est pratique mais c’est aussi toxique

Il faut bien reconnaître que le plastique est pratique. Léger et souple, il ne risque pas de s’exploser par terre en un millier de morceaux de verre, où, même si on a beau faire un ménage maniaque ensuite, on retrouve toujours des morceaux quelques jours après… Et quand on a des enfants et un chat, ce n’est pas le top ! (n’est-ce pas Eïko, petit malin qui s’amuse à renverser les verres. Nous fûmes bon pour l’emmener chez le vétérinaire se faire recoudre la patte. Un dimanche matin tant qu’à faire ! « Voici votre facture » gloups !)

Cependant, il faut savoir que le plastique n’est pas sans danger. Il est même toxique pour l’humain comme pour la planète. Il est notamment considéré comme un perturbateur endocrinien et responsable de :

  • la puberté précoce chez les femmes
  • la perturbation des organes reproducteurs
  • l’obésité
  • des cancers (sein, ovaire, testicule, prostate)
Vous avez aimé l’article ? Epinglez-le sur Pinterest !

Est-ce que tous les plastiques sont toxiques ?

Non. 3 catégories sur 7 sont sûr. On peut le savoir grâce au numéro à 7 chiffres que l’emballage doit posséder et permettant de l’identifier. Pour s’y retrouver, voici une affiche si vous voulez vous amuser à regarder ^^

Source : Natura-sciences.com

On vient de le voir donc, le plastique côté santé, c’est pas folichon… Qu’en est-il de notre planète ?
Car si, pour commencer, la production du plastique nécessite l‘utilisation de ressources naturelles non renouvelables (pétrole, gaz naturel ou charbon), il n’est, en outre, que très peu recyclable (seules 2 des 7 catégories de plastique peuvent se recycler et de surcroît pas à l’infini -et au delà !- #générationtoystory ^^). Sans compter que le processus de recyclage est très hydrovore. Il finira donc par se retrouver quand même sur nos décharges ou enfouis sous terre. Sa durée de vie ainsi avant de disparaître totalement est « juste » de quelques centaines d’années !!! (sic) Et pendant ces centaines d’années, il va polluer en rejetant des particules très toxiques et non-biodégradables dans les sols et les eaux. De quoi empoisonner notre faune, qui elle, n’a rien demandé !

Les déchets aquatiques proviennent à 80 % d’activités humaines. Rejetés dans la nature, sur la voie publique ou dans les canalisations, ils sont acheminés par la pluie et le vent jusqu’à la mer ou par les fleuves et les rivières. 

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A10886

Le recyclage est un mirage selon reporterre.net qui préconise plutôt de réduire la production de plastique. Partant de ce constat, je me dis donc que l’action de l’Etat visant à interdire la vente de certains objets en plastique à usage unique serait donc une bonne chose. 

Moins de 2 % des plastiques usagés sont recyclés idéalement en circuit fermé, c’est-à-dire récupérés pour produire un matériau utilisable comme un plastique neuf et indiscernable de ce dernier.

Source : reporterre.net

D’autres articles pour creuser le sujet :

L’impact environnemental du plastique
Les dangers du plastique dans l’alimentation : mythes et réalités
Interdiction des plastiques : le casse-tête de la liste applicable en janvier 2020

Comment éviter l’usage du plastique ?

Lorsque j’ai appris que les cotons-tiges seraient interdits à la vente, j’étais surprise et un peu en colère. Parce que j’en utilise (bien ou pas bien…) et que, sur le moment, j’ignorais qu’il existait déjà des alternatives (vous pourrez le découvrir plus bas dans cet article). Et puis surtout, j’étais en colère d’apprendre (pauvre naïve je suis) que des gens soient irresponsables au point de jeter leurs déchets dans la nature, ce qui, franchement, me révolte profondément ! Pas vous ?!

Pour s’y préparer, si ce n’est pas déjà le cas et plutôt que faire moi même une liste des habitudes dans laquelle vous pourriez piocher pour réduire votre consommation de plastique au quotidien, j’ai fait appel à des expertes en la matière qui vous donnent ci-dessous, leur meilleur conseil pour réduire voire supprimer leur consommation de plastique au quotidien. 

Je suis ainsi fière d’accueillir sur mon blog 10 blogueuses ! Rien que ça ! Dans un seul et même article ! Alors, c’est là que ça se corse ^^ Mon mari me dit déjà que mes articles sont longs alors si en plus j’invite tout ce joli monde qui a pleeeeein de choses à dire, on n’est pas couché !! Ainsi, je sais que certaines d’entre elles ont été frustrées de ne pouvoir écrire qu’un court paragraphe alors qu’elles auraient aimé développer davantage sur un sujet qui les passionne, dont elles sont entièrement convaincues. Pour cela, je vous invite à découvrir leur univers, leur blog, grâce aux liens vers lesquels je vous renvoie. De quoi pouvoir creuser un peu plus les sujets évoqués.

10 expertes vous donnent leurs meilleurs conseils pour réduire voire supprimer la consommation de plastique au quotidien

1. Savon et shampooing solide
par Alix d’ « Initiatives Positives »

« Mon meilleur conseil pour réduire ma consommation de plastique est de passer aux savons et shampoings solides. 

Chaque année des millions de bouteilles de gel douche et shampoings se retrouvent à la poubelle. Utiliser des cosmétiques solides est donc une alternative qui permet de limiter la production de plastique. Pour bien les choisir je fais attention à la composition afin d’éviter les ingrédients nocifs pour la santé ou l’environnement. 

Je recommande le site de la slow cosmétique aux personnes qui ne savent pas par où commencer. Et n’oubliez pas que le meilleur déchet est celui qui n’existe pas et que chaque geste compte ! »

Découvrez les recettes maison d’Alix et ses astuces zéro déchet  sur Instagram ou sur Facebook.

2. Les cotons et l’oriculi
par Séverine de « Idées au Naturel »

« Ma démarche zéro déchet à commencé dans ma salle de bain, mon lieu favoris ! Je pense qu’il est intéressant de commencer cette démarche par des choses simples et qui ont du sens pour vous. 

Mon premier geste a été celui de remplacer mes cotons classiques jetables et leur emballage plastique par des jolis cotons lavables. Vous pouvez les trouver facilement ou les faire vous même si vous avez des talents de couturière. 

Ce petit geste vous permettra de voir très vite la différence car vous aurez remplacé concrètement un déchet du quotidien par un produit durable et plus sain pour votre peau et la planète. 

Si vous êtes motivé vous pouvez continuer en remplaçant vos cotons tiges jetables par un oriculi qui est en fait une tige de bambou qui fera le même boulot tout en étant plus bénéfique pour vos oreilles. 

Ces petits changements peuvent paraître anodins mais sont énormes lorsqu’on les remet à une grande échelle. Si vous souhaitez en savoir plus n’hésitez pas à faire un tour sur mon blog où je vous explique tout cela en détail 😉 »

Pour en savoir plus sur ce drôle d’objet qu’est l’oriculi, je vous invite à vous rendre sur  le blog de Séverine en cliquant ici. 
Source : Idées au naturel

3. Des règles au naturel
par Céline de « Elle en sens »

« Il y a 3 ans, je me suis tournée vers la symptothermie, méthode pour gérer sa fertilité au naturel, dans un but de réappropriation de mon corps mais aussi pour réduire les déchets liés aux contraceptifs (emballages …), dont l’élimination des hormones chimiques via les urines augmentent dans les nappes phréatiques. En me réappropriant mon cycle menstruel, j’ai réalisé qu’à l’échelle mondiale, 45 milliards de serviettes hygiéniques étaient jetées par an, qui mettront 500 ans à se dégrader.
J’ai alors revu mes pratiques et me suis tournée vers des alternatives aux produits hygiéniques jetables à composition douteuse. 

Parmi les solutions plus respectueuses de notre corps et de la planète, il existe la cup et les serviettes lavables. Sur le même modèle que les serviettes lavables on peut également fabriquer soi même des culottes menstruelles. 

Ainsi que mon chouchou : l’éponge menstruelle. Véritable éponge issue d’une pêche durable, non traitée, ni blanchie. Elle est dure quand elle est sèche et se ramollie en l’humidifiant avant de l’insérer. Elle s’utilise comme la cup. Sa qualité et son absorption diminuent après un an. » 

Retrouvez les étapes de création des serviettes sur le blog de Céline ainsi que toutes les infos sur cette fameuse éponge 

4. Des alternatives au goûters industriels des enfants
par Cécile de « CéliaDreams »

« Allez, tous en boîte !
Si vous êtes parents, l’une des mesures les plus simple et efficace que vous pouvez prendre pour réduire votre consommation de plastique au quotidien est de ne plus acheter de collations sur-emballées pour vos enfants. C’est peut-être pratique mais quand dans le futur on comptera plus de plastique que de poissons dans les océans, vos petits loups ne vous diront pas merci ! 

Voici donc quelques alternatives de collations « zéro plastique » :

– Dans une jolie boîte en inox ou pochettes à collation :

        -> A 10h : pomme, banane, carottes, concombres, noix, céréales…
        -> A 16h : biscuits « maisons » préparés ensemble le week-end        (cookies, cakes, muffins, …). 
Et de l’eau du robinet dans une gourde isotherme en inox.

Non seulement vous ferez un geste pour la planète mais aussi pour la santé de vos chères têtes blondes qui ne se gaveront plus de biscuits industriels. »

Si le sujet vous intéresse, allez faire un tour sur le blog de Cécile, Célia Dreams et téléchargez son ebook gratuit de recettes de collations saines et gourmandes faciles à préparer ! (miam !)

5. Du fait maison, un jeu d’enfant 
par Céline de « Cel, à table ! »

« Le fait-maison en cuisine est ce qui m’a fait le plus réduire mes déchets, en l’associant à l’achat en vrac de l’épicerie sèche, du fromage, des fruits et des légumes dans mes propres contenants.

Au début, c’est sûr que ça peut être stressant, car le frigo est vide tant qu’on n’a pas cuisiné ! Cela demande trois changements d’habitude.

D’abord, passer plus de temps en cuisine (toute la famille peut mettre la main à la pâte !).
Ensuite, cela nécessite une bonne organisation avec une ou deux séances intensives pour préparer les repas de la semaine, si on n’a pas le temps de le faire tous les jours.
Et enfin, une utilisation judicieuse du congélateur permet de varier les repas : je cuisine en grande quantité, j’en congèle une partie, ce qui me fera un repas pour un autre jour, où je n’aurai pas envie de cuisiner 😉.

Ce mode d’organisation permet de quasiment tout préparer fait-maison : tous les repas de la semaine, les yaourts, le lait d’amande et quand j’ai plus de temps … les céréales du petit-déjeuner ou les gâteaux du goûter.

Pour en savoir plus sur l’organisation pour cuisiner maison et découvrir des recettes pour petits et grands, rendez-vous sur le blog de Cel, à table !  Vous pourrez notamment y télécharger 8 recettes pour un petit déjeuner équilibré !

6. Apprenez à dire (gentiment) non à votre boulanger
par Camille de « Camille se lance »

« De mon côté, c’est comme ça que j’ai commencé. Le jour où j’ai demandé à ma boulangère « pas de sachet, merci ! », mon expérience Zéro Déchet était lancée !

Pour les personnes timides comme moi, cela peut paraître un peu insurmontable, mais avec un petit sourire, et si en plus on tend un sac en tissu en même temps, cela passe tout seul, je vous le garantis. Avec un peu de chance, il vous arrivera comme pour moi un truc extraordinaire : vous allez être complimenté par la boulangère et/ou par les clients derrière vous et vous pourrez un peu papoter du sujet en grignotant une petite viennoiserie.

Bon, évidemment, ne faites pas comme moi, si votre boulanger vous demande si vous voulez du pain tranché, ne répondez pas « oui » sans y penser sous peine de vous retrouver avec votre pain à nouveau bien emballé dans un sachet en plastique ! »


Vous voulez tout apprendre du 0 déchet ? Inspirez-vous sur le blog, très fourni et passionnant de Camille se lance !
Source : Camille se lance sur Instagram

7. Des activités faites maison pour les enfants
par Claire de « Tu me fais grandir »

« Le plastique est vraiment partout, il est possible d’agir sur pleins de domaines en faisant soi-même ses produitsou en choisissant des produits de qualité

Il est un domaine où le plastique est en nombre : le matériel de puériculture et les jeux pour enfant ! 

Alors la première chose serait de se poser la question : ai-je vraiment besoin de cet objet pour mon enfant ? Et si oui, est il possible de trouver cet objet d’occasion ?

En bonus, c’est bon pour le porte-monnaie ☺ 

Et puis, personnellement, je préfère proposer moins de jeux à mes enfants, mais investir dans des jeux plus onéreux, mais de qualité ainsi que privilégier les expériences (parc de loisirs, piscine, …).

Il est également possible de trouver pleins d’activité à faire soi-même comme la pâte à modeler ou la peinture pour bain au lieu d’acheter tout ça dans des contenants en plastique et c’est très facile à réaliser. 

Avec le beau temps, une balade dans les bois ou sur la plage est toujours très appréciée ».

Découvrez les recettes de pâte à modeler et de peinture pour bain sur le blog de Claire de Tu me fais grandir !

8. Une démarche naturelle et zéro plastique dans son atelier d’artiste 
par Jessica de « IKA l’atelier »

« En tant qu’artiste peintre j’ai entamé une réflexion éco-responsable dans ma pratique artistique car le milieu de l’Art est lui aussi impacté par la consommation non raisonnée.

Voici quelques exemples qui m’aident à réduire ma consommation de plastique dans mon quotidien à l’atelier et dans mes créations :

– Pour faire mes palettes j’utilise d’anciennes assiettes à escargot en porcelaine, parfaites pour l’aquarelle. Mais aussi de gros coquillages ou coquilles d’huitres ramassés pendant les vacances à la plage.

– Les gobelets pour l’eau sont des pots de yaourts en verre ou en grès.

– Je n’utilise plus d’acrylique. Je travaille avec des pigments naturels (aquarelles et encres végétales, ocres du Roussillon…etc). Les matières synthétiques que j’utilise parfois sont achetées d’occasion ou m’ont été données.

Je recherche ainsi du naturel jusque dans la composition même de la peinture, de manière à éviter les dérivés du pétrole.


Découvrez l’univers de Jessica, artiste engagée, ainsi que les cours et ateliers qu’elle propose, sur son site ikA l’atelier. 

9. Créer sa pharmacie zéro déchet et 100 % naturelle
par Manon de Melle Apothicaire

« Savez-vous que la France est championne du monde en gaspillage de médicaments ? Entre la surprescription des médecins, le nombre de pilules réellement ingérées et le reste qui finit soit par périmer dans nos placards, soit à finir à la poubelle des pharmacies, le bilan fait peur : 23 500 tonnes de médicaments inutilisés par les particuliers chaque année.

Pour soigner les petits bobos du quotidien, de nombreuses alternatives saines et naturelles existent (avec moins d’emballages et de plastique !). Pourquoi ne pas vous orienter vers les remèdes oubliés de grand-mères, toujours aussi simples qu’efficaces ? Ou encore vers l’herboristerie et l’aromathérapie ?

Allez zou ! Fini les comprimés périmés du placard ! Virez moi tout ça, hop hop hop ! Oui, vous aussi Papy avec vos petites pilules bleues ! N’essayez pas de les cacher, on vous a vu ! A la place, vous pouvez tout à fait équiper votre pharmacie avec des produits 100% naturels et (presque) zéro déchet : huiles essentielles, plantes séchées en vrac (pour les tisanes), sirops, baumes bio, huiles végétales, hydrolats, teintures, produits de ruche, ampoules à boire, légumes qui soignent (ail, oignon, choux), argile… La panoplie est infinie, alors à vous de jouer !

Créez votre pharmacie naturelle et 0 déchet en téléchargeant gratuitement les fiches de Manon pour utiliser les huiles essentielles et les plantes médicinales en toute confiance. Hop hop hop ! 😉

10. Faites le tri !
par Emeline de Elans de vie

« Et pas seulement le tri des déchets.
Passez au crible toutes vos possessions, et osez vous séparer de ce qui a fait son temps, ce qui est en mauvais état, plus à votre goût, ou dont le matériau de fabrication vous donne des boutons (le plastique, peut-être ?).

Ne conservez que ce qui vous est utile et agréable. Repérez les matériaux que vous avez plaisir à toucher et manipuler, et qui embellissent l’atmosphère chez vous.

On vous aura prévenu : vous risquez de trouver du plastique incrusté dans tous les objets quotidiens, pas juste dans les emballages. Stylos, accessoires de beauté, petit électroménager, informatique, ustensiles de cuisine… Vous ne vous séparerez peut-être pas de tout. Par contre, fort de ce tri et de cette prise de conscience, vous achèterez différemment.

Maintenant, entre un pot de fleur en terre et un pot en plastique, vous saurez sans hésitation lequel illuminera le plus votre maison ! »

Découvrez l’univers de Emeline sur Elansdevie.com et profitez-en pour télécharger son guide gratuit pour dompter une bonne fois pour toutes l’accumulation matérielle !

Merci à ces 10 blogueuses d’avoir accepté mon invitation, j’en ai été ravie !

Maintenant, je vous donne rapidement mon astuce à moi : plutôt que d’utiliser des lingettes et cotons jetables emballés dans du plastique, je les utilise en format lavable. J’en parle dans cet article : 4 avantages à utiliser des cotons lavables pour le change de bébé.

Certes, lorsqu’on n’est pas encore entré dans une démarche de réduction de ses déchets, de recherche de produits naturels et non toxiques, on peut se dire que tout ceci est laborieux, prend du temps etc. Sauf que Rome ne s’est pas faite en un jour et que procéder étapes par étapes est une bonne chose pour progresser. Définissez vos priorités, les choses qui ont le plus d’importance pour vous. Ou bien, profitez qu’un paquet (cotons-tiges, gel douche, gâteaux etc) soit presque terminé pour soit utiliser des DIY et le remplacer par du fait maison ou bien vous procurer cet article en version éco-responsable 😉 

D’autres idées / tuto et conseils à retrouver également sur mon profil Pinterest !

Et vous, quel est le premier produit en plastique que vous avez remplacé ou que vous souhaitez remplacer après la lecture de cet article ?!

Partagez !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.