Pourquoi c’est important de lâcher prise quand ça ne va pas.


Développement personnel / 24 mars 2019

Vous arrive t’il d’être de mauvaise humeur, d’avoir le cerveau embrouillé, de ne pas réussir à prendre de décisions ? Peut être même que vous ressentez une baisse de moral ? Vous avez une montagne de choses à faire mais vous ne savez pas par quoi commencer ? Vous décidez enfin de choisir une tâche et puis… « pfff mais j’y arrive pas… » ? Vous tournez autour, vous essayez plusieurs angles d’attaque mais bim ! Vous vous prenez toujours un mur en pleine face ?

C’est ce qu’il m’est arrivé encore cette semaine et j’ai enfin compris ce que je devais faire alors je vous donne mon conseil : LACHEZ PRISE !


Quand ça ne va pas, que l’on a pas le moral et que l’on passe beaucoup trop de temps sur une tâche qui ne demanderait que quelques minutes à être effectuée, en changeant d’avis toutes les 30 secondes, il est préférable de laisser tomber. Ne forcez pas dans ces cas là, rien de bon ne viendra de toute façon. Vous ne ferez que vous faire culpabiliser de ne pas y arriver, vous dire que vous êtes un bon à rien et que vous n’y arriverez jamais… Ah ah c’est du vécu, vous l’aurez compris ! En plus, pour reprendre une des leçons apprises dans le livre d’Anthony Nevo, Il suffit d’une rencontre pour changer de vie, « plus tu te focalises sur tes problèmes, plus ils s’amplifient »

Vous aimez l’article ? Epinglez-le sur Pinterest pour le retrouver facilement 😉

Lâchez prise et prenez du temps pour vous !

Puisque ce n’est pas le bon moment pour avancer, changez de stratégie. Prenez du temps pour vous et reposez votre mental. Faites quelque chose qui pourra vous faire du bien :

  • Du sport : c’est selon moi la meilleure activité pour vider sa tête et revenir de bonne humeur. Le sport aide à retrouver son énergie, sa créativité, son calme et aide à trouver plus rapidement les réponses à ses questions. Par contre, on est d’accord, faut aimer faire du sport !! J’aurais pu aller courir si j’avais aimé ça ! Cela dit, même la marche rapide est efficace, en pleine nature, c’est même le top.
  • Regarder un film, une série : l’inconvénient est que l’on devient vite accro. Soit cela nous procure un bien être et on ne pense plus à nos problèmes, soit cela maintient notre moral au plus bas et on continue de se sentir léthargique, en manque d’énergie. Ce qui fût le cas pour moi. Bon allez, je regarde un épisode parce que là, de toute façon, c’est pas ma soirée… le lendemain : allez, dès le matin, je regarde, ça ne va pas non plus… le surlendemain : matin et après-midi parce que franchement là, c’est vraiment pas ma semaine… le sursurlendemain… je ne vous fait pas de dessin hein ?! En fait, je me dis maintenant qu’il aurait être fallu que je regarde un film comique, rire un bon coup aurait peut être fait redescendre ma pression !
  •  Lire un livre 
  • Prendre un bain
  • Se faire masser par son chéri/sa chérie : allez hop, mettez le au boulot ! Avec un peu de chance, il ne demande que ça ^^
  • Voir des amis, sortir, prendre le soleil, s’aérer la tête…
  • Jardiner
Photo by Alisa Anton on Unsplash

Volontairement, je n’ai rien mis en rapport avec les enfants, parce que je ne sais pas pour vous, mais moi, quand je n’ai pas le moral, c’est rarement avec mes filles que je vais le retrouver malheureusement. Au contraire, ma fille aînée exacerbe plutôt mes émotions négatives en général. Si vous n’avez pas encore lu mon précédent article : ma fille, mon miroir, c’est par ici ! Mais si pour vous, passer du temps avec vos enfants vous redonnent du pep’s, c’est super !

Donc, j’espère que vous l’aurez compris, ne forcez pas. Rien de bon ne viendra. Prenez soin de vous. Ne vous autoflagellez pas non plus (hum, c’est ma spécialité alors bon, c’est facile à dire mais beaucoup moins à faire je le reconnais !). Mais quand même, je m’améliore et je remarque que la durée de sortie du fouet s’amenuise. Cool, je progresse ! Maintenant, c’est ma coach Cécile qui sort le fouet à ma place ! * On a tous nos bons et nos mauvais moments. Je crois que peu de personnes est épargné mais il est important, pour sa santé mentale, de se respecter et d’accepter notre état, de lâcher prise pour mieux revenir plus tard.

Lâcher prise et laisser faire le destin

Faites confiance au destin. Parfois, ce n’est pas le bon moment. Alors que nous habitions dans notre appartement depuis 4 ans, Jimmy et moi avons eu l’envie de nous rapprocher de notre ville de coeur : Lyon, ainsi que de notre famille. Ce projet a finalement pris presque 3 ans à se concrétiser, en raison d’un dégât des eaux, minime, mais qui a été long à se solutionner (merci les syndics et copropriétaires !)

Avec le recul, je me suis rendue compte que je n’étais pas vraiment prête à partir, à quitter mon travail. Certes, j’aurais préféré avoir le choix plutôt que me sentir prisonnière de cette situation, c’est évident. Mais, lorsque nous avons été « libéré » de notre fardeau, j’ai déménagé le coeur léger, avec impatience, prête à quitter ma zone de confort, prête à partir vers une nouvelle aventure. Cela dans des conditions optimales pour nous. Malgré l’âge de notre 2e princesse à ce moment là : 2 mois, je n’ai pas eu peur. Ce n’aurait peut être pas été le cas 3 ans auparavant, qui sait ?

Photo by Doran Erickson on Unsplash

Lâcher prise tout en décidant de créer un cercle vertueux

Faites vous confiance. Vous possédez les compétences pour faire en sorte que ces mauvais moments ne soient que passagers. Cela requiert de l’auto-discipline et ça se travaille. Evidemment, ça ne se fait pas du jour au lendemain, mais déjà, lorsqu’on a conscience de tout ça, un grand pas en avant est fait. 

En même temps, lorsque cela fait plusieurs jours que notre léthargie aiguë est en place, il est temps d’amorcer un cercle vertueux. Pour cela, plusieurs techniques :

  • Rééquilibrer les énergies.

Si vous connaissez des techniques, c’est le moment de s’y mettre ! Yoga, thaï chi, qi gong, méditation, EFT… 

A lire aussi : Découvrir l’eft, une méthode pour libérer ses émotions

  • Faire des petites actions qui vont vous rendre fier de vous.

Moi par exemple, au bout du 5e jour à ne pas réussir à avancer parce que quelque chose me bloquait et me pompait toute mon énergie, j’ai enfin passé ces coups de fil que je procrastinais tant (scoop : je déteste le téléphone…). J’ai ainsi commencé à sentir de l’énergie revenir en moi, mais également un soulagement. Et la machine s’est remise en route. Une puis deux puis trois, etc tâches effectuées, le cercle vertueux s’est mis en route et plus rien ne peut m’arrêter. Enfin… jusqu’à la prochaine difficulté. On est humain hein ! Pas des super héros. Mais attendez, les super héros aussi on leur faille ! Bref, je divague !

Donc, après avoir réussi à m’insuffler une nouvelle dynamique, je me suis remise doucement au boulot. Et là, la providence ! Grâce à mon atelier blogging une fois encore*, j’ai reçu l’aide dont j’avais besoin. Ainsi, j’ai enfin réussi à checker cette tâche qui obstruait mon mental sur ma to do list de la semaine ! J’ai alors ressenti une immense fierté ! J’étais reboostée et de nouvelles idées sont venues à moi. Comme notamment, le sujet de l’article de la semaine ! Pour reprendre une vieille expression « Tout vient à point à qui sait attendre » !

*Dans cet article, je fais allusion à deux reprises à mon atelier de coaching avec Cécile de Blog By Yourself. Je suis abonnée à un programme qui me permet de travailler au mieux sur ce blog, le lancer rapidement sur les bons rails et vous apporter le meilleur 🙂 Préparez-vous, je risque de vous en parler régulièrement tellement ça m’apporte de belles choses ! Si vous êtes blogueur ou que vous souhaitez le devenir, je vous invite à aller voir sur cette page de quoi il s’agit.

Comment ça se passe pour vous ? Comment gérez-vous vos moments de doute, ces moments où vous n’arrivez plus à avancer ? Quelles sont vos techniques ? 

Cet article comporte un lien affilié. Ce qui veut dire que je toucherai une commission si vous commandez le produit que je vous recommande. Pour autant, mon avis reste sincère et honnête.

Partagez !

Vous aimerez aussi