Comment avancer dans la vie et être heureuse, malgré la maladie – Interview avec Anaïs de Miaou Superstar !


Développement personnel / 15 janvier 2020

Anaïs, c’est une amie. Donc je ne suis pas sortie de ma zone de confort pour réaliser cette interview, je triche un peu sur ce coup là ! Mais j’avais envie de mettre en lumière son initiative et son courage. 

Elle vient tout juste de créer sa micro entreprise pour s’occuper du bien-être de nos amis poilus pendant les absences de leur.s maître.s. En effet, elle est cat-sitter dans la ville de Six Fours (83) et aux alentours.

Ce n’est pas une idée qu’elle a eu comme ça, sur un coup de tête. Anaïs est raide dingue des chats ! Avec son compagnon, ils en possèdent d’ailleurs 4 ! C’est donc une activité passion qu’elle compte exercer, et surtout avec la volonté furieuse de faire le bien autour d’elle.

Malgré un parcours semé d’embûches, Anaïs ne baisse pas les bras et fait preuve d’un courage admirable pour se dépasser et se donner les moyens de croire en ses rêves.

J’admire sa volonté et sa ténacité ! Peut être vous reconnaitrez-vous dans son portrait. J’espère qu’il saura vous inspirer.

Negan et Anaïs

Quel a été ton leitmotiv pour démarrer ton activité ?

Je veux être active, me sentir utile pour mon foyer, pour mes bébés poilus et prendre soin de ceux des gens !

Quel(s) est/sont les freins/obstacles que tu as rencontré ou que tu rencontres toujours et comment tentes tu de les combattre ?

Hormis mon tempérament de grande angoissée et le manque de confiance en moi, le plus gros frein dans la réalisation de mon projet d’entreprise a été et est toujours ma santé.

Entre le moment où l’idée à commencer à germer et la création de cette micro entreprise, il s’est écoulé environ un an et demi. Laps de temps pendant lequel j’ai été opérée deux fois, mais surtout où j’ai trouvé un médecin capable de poser -enfin- un diagnostic et de me confirmer ce que dont je me doutais déjà : je suis atteinte d’endométriose.

C’est un frein mais aussi une motivation. Je ne saurais dire comment je combats tout ça, j’avance coûte que coûte, c’est tout ! J’ai eu pas mal de coups durs dans ma vie et j’ai toujours avancé. Soit tu te places en victime, tu stagnes et tu subis. Soit tu es un guerrier/e, tu encaisses et tu avances.

On a qu’une vie. Et cette vie elle est à la fois trop courte pour être gaspillée et trop longue pour être mal vécue !

Je pense aussi que mes années de bénévolat m’ont fait réaliser que mon amour pour les chats me fait me dépasser et oublier un peu la douleur et tout le négatif. J’ai mis du temps à le comprendre mais me consacrer à un métier qui tourne autour des chats était en fait une évidence !

A lire également : 12 astuces importantes pour se motiver et le rester !

Vous aimez l’article ? Epinglez-le sur Pinterest, merci !

Quelles sont tes sources de motivation ?
Qui et/ou qu’est-ce qui t’aide à avancer pour entreprendre ce qui te tient à cœur ?

Alexia ! Je l’ai rencontrée en faisant du bénévolat dans la protection animale. L’association nous a confié une portée de chatons à biberonner en la répartissant en deux familles d’accueil, l’autre famille c’était elle. Elle est devenue une sœur pour moi, un soutien sans faille !

C’est elle qui m’a fait prendre conscience que mon état de santé, malgré ce que disaient les médecins,  n’était pas normal. Et c’est elle, atteinte de la même cochonnerie qu’est l’endométriose, qui m’a inspirée en créant son entreprise de photographie animalière.

Elle m’a montré qu’il est possible d’avoir une vie professionnelle malgré la maladie.

Elle fait partie de mon petit cocon avec quelques proches, mes chachats bien évidemment et Marilyn Manson. Désolée pour ce moment de stupeur chez les lecteurs mais il m’a accompagnée quasiment toute ma vie, dans les bons comme dans les mauvais moments. Pour célébrer un heureux événement c’est sur du Manson, pour combattre le chagrin ou autre c’est avec du Manson. Je me retrouve dans son art, son amour pour les chats et sa voix a fini par devenir familière et réconfortante. Si on gratte un peu la surface c’est quelqu’un de fascinant, un peu comme les chats !

Cléo

As-tu des citations préférées ?

« Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats » de Albert Schweiter. 

« Je respecte les gens qui ont quelque chose à offrir. Pour moi c’est ça l’évolution. Atteindre un niveau d’évolution qui te permet d’apporter quelque chose au monde, que ce soit seulement exprimer une opinion, s’insurger, peindre un beau tableau, écrire un livre, ça n’a pas vraiment d’importance. Tout ce qui compte c’est de ne pas se contenter d’aller au bureau ou à l’école et de mourir, de suivre le schéma standard que nous sommes tous supposés suivre » de Marilyn Manson.

Quel est ton rêve secret en rapport avec ton activité ?

Mon rêve serait de développer cette entreprise au niveau national et d’étendre l’activité à la garde de tous les animaux et non plus seulement les chats.

Pas pour l’argent ni la gloire, mais pour les animaux à qui on le doit bien. Les français sont les champions d’Europe de l’abandon… Mon rêve le plus fou serait que le mot abandon disparaisse du dictionnaire ! Plutôt utopique ! Alors on va dire que mon rêve secret est que le fait de proposer un moyen de garde abordable et à domicile réduise un peu le nombre d’abandon dans ma région.

Tu me suis depuis l’ouverture du blog et je te remercie pour ton soutien 🙂
J’ai mis du temps à me trouver dans mes rédactions, mes promotions… (et je chemine encore ^^).
Car je n’étais pas à l’aise avec certains conseils que l’on m’avait donné lors de ma formation pour adopter un positionnement de « professionnelle ».

Je sais que toi aussi tu respectes tes valeurs et principes.

Tu as raison, à un moment, faut aussi suivre son instinct et être en adéquation avec ses idées / principes et envies ! On m’a donné plein de conseils pour mon activité que je n’ai pas écouté ! Ou plutôt que j’ai écouté avec attention mais que je n’ai pas suivi. 

On m’a dit par exemple de proposer des visites « express » à des tarifs réduits. Dans le fond, je comprends l’idée, elle n’est pas mauvaise mais je n’y adhère pas. Je ne vois pas mon métier ni la relation avec les chats de cette manière ! Y aller pour jeter trois croquettes dans la gamelle et partir c’est juste impossible pour moi !

De même, on m’a dit : « mise tout sur les personnes âgées : les salles d’attente d’hôpitaux, les maisons de retraite etc ». Encore une idée valable, qui en plus peut soulager ces personnes qui auraient besoin de moi peut être. Mais j’ai l’impression de profiter des gens, cela ne me plait pas du tout !

Je veux que ça marche évidemment, mais pas faire du fric à tout prix ! Je m’estime déjà heureuse et chanceuse si je peux ramener un peu d’argent à la maison en faisant quelque chose que j’aime et ce malgré la maladie !

Quelle serait ta recette du bonheur ?

Outch ! Question très compliquée pour moi !

Déjà, soyons honnête, endométriose et hypersensibilité ne font pas vraiment bon ménage. J’ai longtemps erré en cherchant cette fameuse recette, et puisque tout à l’heure je parlais d’Alexia, je vais continuer sur la lancée des femmes qui m’inspirent et te parler de ma Maman et de Myriam.

Ce sont les trois femmes indispensables à ma vie : Alexia et ma Maman qui me font le bonheur d’être à mes côtés au quotidien, et j’ai eu la chance d’avoir Myriam jusqu’à cette terrible année 2014.

Anaïs et sa Maman

Je pense à elle tous les jours et je la remercie de m’avoir répété sans cesse que, non je n’étais pas trop sensible, que c’est comme ça qu’elle m’aimait, et que je ne devais pas changer. Elle m’a fait comprendre que c’est une force. Et sa force à elle c’était quelque chose !

Cela rejoint ce que j’ai appris de ma Maman en l’observant depuis maintenant 31 ans : dans la vie, peu importe les coups durs, il faut avancer.C’est ce qu’elles ont toujours fait toutes les deux dans leur vie respective, avancer, avec le sourire ! Et j’ai fini par comprendre après le décès de Myriam, que malgré cette colère et cette immense tristesse, je ne pouvais pas baisser les bras, je le lui dois.

Pour elle, je continue d’avancer et de mettre en application tous les précieux conseils qu’elle m’a donné, j’ai tellement appris à ses côtés…

J’ai donc décidé d’être heureuse. Tout simplement !

Ça paraît tellement idiot dit comme ça. Et pourtant ! OUI la vie peut être dure, OUI j’ai mon lot de démons qui me hantent, NON je ne comprends pas ce monde remplis d’égoïstes et de fous, mais oui je suis heureuse !

On ne contrôle pas tout, loin de là. A mon grand désespoir d’ailleurs, moi qui suis très organisée et aime que tout soit sous contrôle ! Mais son bonheur on peut le contrôler ! Il suffit de savoir apprécier les choses les plus simples ! Un repas en famille, un ronronnement, une chanson, un bon verre de vin, un câlin, un rire…

Comme on dit, l’important c’est le chemin, pas la destination. Parce que soyons honnête, si on voit la vie comme un plateau de jeu, on avance case après case et à la ligne d’arrivée c’est pas « youpi j’ai gagné ! ». Non, la finalité c’est la mort. Donc bon, autant en profiter avant, aller sur les cases qui nous chantent, en sauter quelques-unes si elles ne nous plaisent pas, les repeindre à notre goût même si ce n’est pas le chemin habituel, c’est là que ça devient intéressant !

Pour conclure, je ne peux pas changer mon hypersensibilité, et je ne le veux pas (plus) donc j’accepte les jours mauvais, je les prends à bras le corps, les bons jours n’en sont que meilleurs ! Et je me dis que c’est une chance car je suis quelqu’un qui vit tout à 1 000%. Oui les bas sont très bas mais furtifs et les hauts sont très hauts ! J’apprécie chaque petit bonheur car le bonheur n’est pas une finalité, pas UNE seule grande chose, ce sont toutes ces petites choses, tous ces petits bonheurs, c’est ça la vie !

Quel serait ton ou tes principaux conseils que tu donnerais à quelqu’un qui souhaite s’engager dans un projet d’envergure malgré sa maladie ?

Déjà je lui souhaiterais du courage ! Tout dépend de quel genre de maladie évidemment.

Je lui dirais que peu importe le temps que ça prend, si c’est quelque chose d’important à ses yeux ça en vaut la peine.

D’être bien suivi médicalement, et de s’entourer uniquement de personnes positives sur les plans personnel et professionnel. Encore quelque chose qui parait banal et idiot dit comme ça mais c’est tellement important.

Et surtout, de croire en soi ! Bien souvent, on est plus fort et on dispose de plus de ressources que ce qu’on pense. La vie nous réserve parfois de jolies surprises, certains diront que c’est le destin, d’autres que c’est le hasard mais j’ai une petite anecdote. Sur la portée qui m’a permis de rencontrer Alexia, seulement deux chatons ont survécu. Un chez elle : Ninja et un chez moi : Winslow. Ce chat a littéralement changé ma vie en mettant Alexia sur mon chemin. Au risque de me répéter, c’est grâce à elle que j’ai été diagnostiquée, elle m’a inspiré et aidé à monter ma petite entreprise etc. Petite entreprise qui a démarré avec une première garde fin Novembre… chez Winslow ! La boucle est bouclée !

Winslow

Un grand merci Anaïs d’avoir joué le jeu de l’interview et d’y avoir répondu avec autant de sincérité et une dose d’inspiration surpuissante qui aidera bon nombre de lecteur je l’espère !

Je suis fière de toi Anaïs et souhaite longue vie à Miaou Superstar !

Si les mots d’Anaïs ont fait écho en vous et si vous avez besoin d’une cat sitter au top, voici les médias sur lesquels vous pouvez suivre son actualité et/ou la contacter :

Sur Instagram: Miaou Superstar
Sur Facebook : Miaou Superstar
Sur son site internet : Miaousuperstar83

Partagez !

Vous aimerez aussi