On a banni le papier essuie-tout de notre maison : 7 alternatives.


Diminution des déchets / 6 février 2020

J’ai été élevée avec le papier essuie-tout et mes parents l’utilisent au quotidien. Ils se retrouvent d’ailleurs désemparés lorsqu’ils se mettent en vain à la recherche de notre rouleau lorsqu’ils viennent chez nous (désolée Maman si tu me lis !).

Dans notre démarche de transition vers une consommation plus saine, plus green, dans notre volonté de réduire notre quantité de déchets, un des premiers à en faire les frais fût le papier essuie-tout ! Cela fait environ 6 mois que nous avons utilisé le dernier rouleau et n’en avons pas racheté. 

Les habitudes se prennent vite et mettent plus de temps à s’en défaire. Mais s’affranchir du papier essuie-tout fût assez facile pour nous. Certes, il est pratique, rapide et efficace d’utilisation. Cependant, son mode de fabrication très énergivore et sa quantité de déchet importante en fait un bon candidat lorsque l’on souhaite adopter une démarche plus écolo-responsable. Chez nous, il y a encore des habitudes que nous ne parvenons pas encore à subtiliser, le papier essuie-tout, en revanche, ne nous manque pas du tout. Sauf peut être pour une seule utilisation que je vais évoquer dans cet article.

Nos anciennes utilisations du papier essuie-tout

  1. Pour sécher les fruits mouillés (tels que le raisin) 
  2. Pour récolter les épluchures
  3. Pour essuyer le sol lorsqu’un verre d’eau est renversé, une micro tâche de sang lorsqu’un enfant s’est blessé, des miettes de repas jonchant le sol… il y a de quoi nettoyer lorsque l’on a des enfants ! 
  4. Pour nettoyer les mains des filles après le repas avant de sortir de table  
  5. Pour huiler la crêpe party
  6. Pour laver les vitres
  7. Pour ramasser le vomi du chat

J’avoue même avoir oublié certaines utilisations de l’essuie-tout que l’on avait, preuve que son abandon ne nous pose pas de problème.

Les alternatives au papier absorbant jetable

1.Un bol, une assiette creuse, une assiette plate ou directement sur la table : pour les fruits mouillés

Certes, plus de vaisselle à faire mais cela réduit la quantité de déchets. 

2.Un bol ou une assiette creuse : pour récolter les épluchures

Un gain de déchets considérables chez nous ! Mon mari lui n’utilise que la planche à découper et jette les épluchures au fur et à mesure (il me semble que cela fait bondir les chefs cuistot que de garder les épluchures sur la planche à découper !). Il existe également des bacs récupérateurs d’épluchures. Mais c’est en plastique et c’est une pièce de plus à stocker alors qu’un bol ou une assiette à soupe nous fait très bien l’affaire.

3.De vieux chiffons, une éponge, des lingettes lavables, de l’essuie-tout lavable pour absorber des liquides.

Si vous avez hérité de chiffons de vos mamies, c’est l’occasion de les recycler ! Il m’arrive régulièrement d’utiliser mon torchon à vaisselle ou torchon à mains pour essuyer sur la table ou du liquide sur le sol (sauf quand il est tout propre, j’évite) que je mets ensuite directement à laver.

L’éponge absorbe les liquides tout comme le papier absorbant et j’ai été étonnée, en parcouru des sites pour mes recherches afin d’écrire cet article, que l’on dégaine aussi vite son papier essuie-tout pour éponger des liquides. Nous avons toujours des éponges jetables chez nous mais elles sont bientôt appelées à être remplacées par une brosse à vaisselle (que nous commençons tout juste à tester) et des éponges lavables.

4.Des lingettes / débarbouillettes pour nettoyer les mains de mes filles.

Nous les avons achetées chez les tendances d’Emma et nous les utilisons quotidiennement. Avant, pendant et après le repas pour leur nettoyer les mains et la bouche. Elles sont bien pratiques et je m’en sers également pour frotter des tâches sur le sol (sauf quand les débarbouillettes sont propres). Et Bella apprécie de « nettoyer » la table avec !

Nous en avons normalement 5 mais je soupçonne que des petites souris sont venues nous en piquer pour nettoyer leur propre cuisine !

Nos débarbouillettes « Les tendances d’Emma » 

A lire aussi sur notre utilisation des cotons : 4 avantages à utiliser des cotons lavables pour le change de bébé

5.Un pinceau, une pomme de terre coupée en deux ou frotter avec un chiffon doux pour huiler la crêpe party.

J’ai trouvé cette astuce de la pomme de terre en faisant mes recherches pour rédiger cet article. Et ce ne fut pas évident de trouver une alternative au papier essuie-tout ! Sans lire en détail les articles, j’ai pu observer que bon nombre d’entre eux parlait du papier essuie-tout jetable pour huiler leur poêle.

C’est en cherchant des photos pour illustrer mon article que j’ai vu une petite fille utiliser un pinceau en silicone. Ca peut être une voire la meilleure idée, à tester !

L’essuie-tout lavable serait également possible, pourvu que l’on fasse attention aux boutons pression en formant une « poupée » m’a informée Valérie du blog Le rire des anges.

J’en profite pour parler de Valérie que j’ai rencontré dans mon atelier de blogging. Elle propose, dans sa boutique, des pièces cousues à la main, avec des matières naturelles et destinées aux jeunes enfants principalement. Mais elle confectionne également des essuie-tout qu’elle m’a gentiment proposé de tester. J’ai donc hâte de les recevoir et de vous faire prochainement un retour d’expérience !

6.Pour laver les vitres

Hop, un coup de pshit, pshit, je nettoie avec un essuie-tout jetable puis je repasse avec un autre tout sec pour essuyer. Alors, je ne suis pas la pro du ménage donc ne faites pas attention aux traces ; en plein soleil, aïe aïe aïe !
Et de toute façon, ça c’était avant puisque je n’ai plus de rouleaux de papier absorbant jetable. J’essayais d’économiser au maximum mon nombre de feuilles mais je pouvais facilement en jeter une vingtaine à la fin du ménage…

Donc, maintenant ma solution : je ne lave plus mes vitres ! Ah ah ! Bon, c’est presque ça. Avec un chat qui laisse traîner sa truffe partout et les minimes de mes filles… (sans parler de leurs autocollants qu’elles adorent coller), j’ai nettement limité mon esclavagisme. Et puis ça m’arrange bien, faut le dire aussi ! Certes, là encore, quand il y a du soleil, ça fait mal aux yeux (ou pas… justement !) et les fenêtres portent encore les stigmates de Noël passé. 

Et sinon, quand on se retrousse les manches et que l’on espère avoir des fenêtres resplendissantes un peu plus de 24h, on utilise des lingettes micro-fibres ou les langes bébé dont nous n’avons plus l’utilité (nous avions acheté du bas de gamme à l’époque). J’ai testé l’appareil nettoyant vitres kärcher de ma Maman. Je m’imaginais que ce serait une révolution : plus de traces, une vitre propre en un rien de temps. Mais je n’ai pas été convaincue. Ou alors, je ne suis définitivement pas douée pour le ménage. Je me rappelle m’être fait critiquer par la voisine de mes parents sur ma capacité à laver les vitres de leur véranda. Je remets dans le contexte : j’ai 15 ans environ, véranda = des vitres gigantesques… bon ben chacun sa passion hein !

7. Un carton, une balayette, un vieux chiffon : pour ramasser le vomi du chat

Alors là… là… et bien on est bien embêté ! Notre dernier rouleau de papier essuie-tout n’a survécu que pour cette seule et unique utilité. Il a donc eu une espérance de vie bien plus longue que ses précédents congénères !

J’ai testé une fois l’astuce d’utiliser deux bouts de carton, l’un récupère pendant que l’autre fait office de balayette, pour récupérer le plus gros des croquettes régurgitées (Mmmh, bon appétit !) mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique et rapide.

Donc on utilise des mouchoirs en papier depuis, pas le top écologiquement puisque c’est le même problème de quantité de déchets. 

Certains utilisent de vieux chiffons dédiés à cette utilisation uniquement. Je ne suis pas pressée de tester, cela fait plusieurs semaines que notre chat n’a pas vomi mais je tenterai cela la prochaine fois. (Je me suis dit, en écrivant ces lignes que cela faisait plusieurs semaines que notre chat n’avait pas vomi et que je risquais de nous porter la poisse –> ça n’a pas loupé ! Et je n’en ai même pas profité pour tester le chiffon usagé :/ )

Autre alternative : des magazines ou vieux journaux. Mais que l’on n’a pas car on ne lit pas la presse papier et nous avons un stop pub sur notre boîte aux lettres. Ah tient par contre, il me vient une idée : utiliser les enveloppes reçues. Je les utilise pour indiquer la composition des mes tupp alimentaires mais elles pourront avoir une autre utilité !

Photo by Heather Ford on Unsplash

Les dangers de l’utilisation du papier essuie-tout

Le papier absorbant, c’est pratique, rapide, efficace et ne nécessite pas de lavage puisqu’il se jette dans la poubelle après un usage unique. Il est apparu dans les années 1900 pour intégrer (presque) toutes les cuisines.

Dangers écologiques

Pratique le papier abordant donc, mais le revers de la médaille c’est qu’il contribue à faire déborder nos poubelles, que sa fabrication est énergivore, qu’il ne se recycle pas. Même s’il peut être compostable pourvu qu’il soit « souillé » de matières organiques et non de matières toxiques.

D’importants volumes d’eau sont ajoutés avant d’envoyer la composition de fabrication dans la caisse de tête.

Source : Guichet du savoir

Bien que novice sur ce sujet, je n’ai pas conscience qu’il existe une solution 100% parfaite. Une éponge jetable partira elle aussi à la poubelle (bien moins vite que la feuille de papier essuie-tout cependant), une éponge lavable sera lavée maintes fois et consommera de l’eau, mais elle sera intégrée dans une machine habituelle. Soit donc, un impact sur l’environnement moindre qu’en déchirant des feuilles d’essuie-tout jetable. 

Dangers sur la santé

Composé de pure ouate de cellulose, c’est à priori surtout le blanchiment de la matière qui est dangereuse. 

La ouate de cellulose est obtenue soit par recyclage de papier, soit dans le cas de la « pure pâte vierge » à partir de fibres vierges issues de la forêt.

Source : Guichet du savoir

Dans le cadre du blanchiment des pâtes chimiques, des composés tels que l’ozone ou le peroxyde d’hydrogène sont utilisés. Le 1er est « extrêmement nocif pour les poumons, les reins, le cerveau et les yeux ». Quant au second, « ce puissant biocide est toxique pour de nombreux organismes, à des doses variant selon les espèces, leur âge et le contexte. » Source Wikipédia. Certes, des doses maximales sont certainement prescrites par la réglementation française et les directives européennes. Il est cependant intéressant de savoir que le procédé de fabrication n’est pas sans danger.

Pour aller plus loin sur ce sujet :

Et voilà, maintenant, vous saurez qu’il est inutile de chercher le papier essuie-tout chez nous, il n’y en a plus ! 


Voilà un geste pour notre planète, très très minime certes ainsi qu’une petite économie pour notre portefeuille d’environ une vingtaine d’euro peut être ?

Qu’avez-vous pensé de mon article ? Avez-vous vos propres alternatives que je n’aurai pas envisagé ?

Partagez !

Vous aimerez aussi

4 réponses à « On a banni le papier essuie-tout de notre maison : 7 alternatives. »

  1. Me séparer du sopalin a été un peu compliqué au début. Je trouvais toujours une raison pour l’utiliser ! j’étais complètement formatée ! Alors un jour j’ai décidé que c’était fini, j’arrêtais d’en acheter. Et quand on a plus le sopalin sous la main, on trouve pleins de techniques pour le remplacer. D’une manière générale je l’ai remplacé par des micro-fibres ou des torchons. Et c’est marrant comme un objet donc je ne pouvais pas me passer, me semble maintenant complètement inutile 🙂

    1. Merci pour ton retour Séverine 🙂
      Je suis d’accord, quand on a plus, on s’adapte. Mes voisins ont fait pareil, jusqu’à ce que leur maman, en vacances chez eux, rachète un paquet et ils ont très vite repris leurs anciennes habitudes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.