Ces 4 astuces qui ont sauvé nos matins avant de partir à l’école


Parentalité / 11 février 2020

C’est le matin, jour d’école, je me réveille et tout est paisible dans notre maison. J’entre dans la chambre de mes deux filles, tout doucement. J’entends encore leurs ronflements et leur souffle paisible. 

Cela me fait mal au cœur de les réveiller. Elles dorment si bien ! (Un seul réveil nocturne à déplorer cette nuit là et en plus, cette fois, ce n’est pas moi qui me suis levée, c’est le Papa. Gniark gniark !). 

Bon allez je me lance. Je pose une main sur leurs corps tout chaud. 

Elles s’étirent, bougent, changent de côté et… se rendorment ! Certes, c’est tellement mignon mais l’horloge ne va pas s’arrêter de tourner (à mon grand désespoir).

L’objectif de tous nos matins de la semaine (hors mercredi) étant, comme de nombreuses familles, de partir à l’heure (voire avec un peu d’avance), dans une ambiante détendue et joyeuse, toute la tribu prête à profiter d’une nouvelle et belle journée !

Quoi ? Ca sonne bisounours ?

Oui bon je l’avoue, l’été 2019, mes matins ressemblaient plutôt à…

  • « Dépêche toi, on va être en retard ! »
  • « Tu veux tes lunettes de soleil ? Ben oui mais elles sont où tes lunettes ? (…) Elles sont où tes lunettes bon sang ?! »
  • « Mets tes chaussures s’il te plaît » (…) tes chaussures…. (…) CHAUSSUUUURES !! »

Nous partions dare-dare pour l’école, Choupie en draisienne, Bella en écharpe. Moi à peine coiffée et pas maquillée et croisant les doigts pour que ma grande ne tombe pas sur le trajet…

Et petit à petit, j’apprends à déjouer ces petits moments qui nous plombent la routine matinale avant de partir à l’école. Encore aujourd’hui, je suis perfectible mais je suis heureuse de constater que nos matins sont de plus en plus sereins et organisés.

Les avantages des matins d’école bien organisés

C’est important de bien démarrer la journée pour toute la famille car : 

  • C’est moins de stress pour toute la famille,
  • Notre enfant (tout comme nous) n’aura pas à gérer d’émotions négatives en arrivant à l’école et sera plus ouvert à son apprentissage,
  • Cela permet des échanges parents / enfants de qualité (si en plus, le matin fait partie de ces rares moments où vous voyez votre enfant dans la journée, ce serait dommage qu’ils soient empreints de colère et de pleurs).

Dans cet article, je ne vais pas vous donner tous les conseils pour créer une routine matinale, je vais en revanche vous donner nos 4 astuces qui ont sauvé nos matins avant de partir à l’école.  

1. Arrêter de retarder le réveiller vs Se préparer en 1er

The first one, l’astuce que j’ai mis du temps à pratiquer parce que, en manque de sommeil, je retardais sans cesse mon réveil alors que j’avais l’habitude d’être plutôt matinale. 7 mois de nuits très compliquées (sans compter les derniers mois de grossesse) ont eu raison de ma rigueur matinale.

Or, me préparer en même temps que mes filles, est tout sauf un gain de temps. A 4 ans et 23 mois, elles sont sans cesse « dans mes pattes », je n’avance pas aussi vite que je le voudrais, je dois ranger tout ce qu’elles ont débarrassé… bref ! Cela me fait perdre mon temps et fait monter la mayonnaise crescendo… ! 

Le Papa étant à la maison 4 jours par semaine, j’avais tendance à me reposer sur cette aide en plus. 2e erreur ! On est jamais à l’abri d’un pépin comme nous avons eu cet hiver (malade, appel d’astreinte…)

Ainsi mon conseil étant donc de se lever plus tôt pour être prête avant les enfants (en croisant les doigts pour que la petite ne se réveille pas plus tôt que prévu !) et en bonus si on le peut : d’anticiper les temps de préparation la veille.

Photo by Annie Spratt on Unsplash

2. Arrêter de dire à un enfant de se dépêcher vs S’adapter à son rythme 

Un jour, une amie me dit que, depuis leur déménagement, elle a la possibilité de lever son fils plus tard. Qu’auparavant, leur réveil était bien matinal pour lui selon elle. Il se trouve qu’elle le levait vers 7h. L’heure de réveil pour Choupie en fait !

La différence entre nous est que son fils n’a besoin que de 30 min le matin pour être prêt (6 ans). Alors que ma fille traîne pas mal. Elle a besoin d’un certains temps pour se réveiller (tient, comme son Papa !), et refuse de sauter le temps de réveil sur le canapé.

Ca ne m’arrangeait pas du tout au début, pour les jours où j’étais seule à m’occuper de mes deux filles. Et puis j’en ai pris mon parti et la levait donc plus tôt pour lui laisser le temps de se réveiller tranquillement, pour ne pas la stresser.

Ce que nous avons décidé d’abandonner en revanche, après discussion, est la lecture du matin pendant les biberons. Elle a besoin de temps pour se réveiller, je l’accepte et pendant ce temps là, j’optimise mon temps en prenant le petit déjeuner ou en rangeant la vaisselle. Et nous nous rattrapons les mercredi et week-end. Une habitude prise en quelques semaines seulement sans problème.

Photo by Lina Kivaka from Pexels

De même, son temps de préparation est long, car son attention est vite distraite par quelque chose qui l’intéresse. Alors plutôt que de lui dire « dépêche toi » sans arrêt, nous avons avancé son heure de levé au fur et à mesure. Je préfère qu’elle ai quelques minutes de sommeil en moins plutôt que de lui occasionner des émotions difficiles à gérer. 

D’autant plus que pour l’avoir maintes fois testé lorsque j’avais la tête sous l’eau, lui dire de se dépêcher et lui crier dessus ne l’a fait pas du tout aller plus vite, bien au contraire. 

« Le temps de l’enfant est un temps lent. Lui dire par exemple de se dépêcher n’a pas de sens. C’est souvent cette situation du quotidien qui va stresser un enfant et l’empêcher de bien accomplir sa tâche car il ne peut et ne sait pas faire vite ; lui demander de se dépêcher, c’est le mettre en situation d’échec. La maltraitance et l’humiliation vont également avoir pour effet d’altérer les fonctions cérébrales en fragilisant l’hippocampe, siège de la mémoire et de l’apprentissage.

Sous l’effet du stress, l’amygdale déclenche la sécrétion de cortisol et d’adrénaline qui se révèlent très toxiques quand elles sont présentes en quantité importante dans le cerveau immature du jeune enfant car il n’a pas la capacité d’évaluer la situation et de prendre du recul. Seul un adulte peut se raisonner, réévaluer une situation pour mettre en place des stratégies ; l’enfant, de son côté, peut vivre de vraies terreurs. »

Catherine Guéguen, pédiatre

Je m’adapte donc à son rythme dorénavant et nous nous fixons des temps de marge pour pallier au petit grain de sel qui viendrait faire dérailler la machine. Super important ! Car même avec une organisation bien rodée, je me suis faite avoir par des imprévus qui ne m’ont guère enchantée ! Le Papa y arrive très bien, en ce qui me concerne, ma gestion du temps est encore perfectible !

3. Répéter sans cesse les mêmes choses vs Autonomiser son enfant avec des tableaux de routines

Premièrement, la routine matinale avant de partir à l’école doit être toujours la même. Je n’aime pas les routines, les habitudes. Cependant, l’enfant a besoin de repères et l’ordre des choses lui procure sécurité.

Les rituels donnent une impression de contrôle, ils permettent donc aussi de juguler l’angoisse. En installant des routines, vous éviterez nombre de conflits. 

Isabelle Filliozat dans « J’ai tout essayé ! »

La journée d’un enfant est rythmée par des routines, c’est-à-dire des gestes et des événements qui reviennent chaque jour dans le même ordre et, souvent, à la même heure. Plus son quotidien est prévisible, plus votre enfant se sent en sécurité. Les routines clairement établies rassurent l’enfant, car elles lui permettent de savoir ce qui va arriver et de se situer dans le temps.

Naitre et Grandir 

A lire aussi : Que faire pour que mon enfant écoute les consignes ?

Maintenant, notre Choupie connaît exactement le déroulé de nos matins en semaine et chez nous ça se passe comme ça :

  • Biberon sur le canapé
  • Petit déjeuner à table
  • Toilettes
  • Brossage des dents / débarbouillage
  • Habillage / coiffage
  • Jeux si on a assuré comme des chefs !

Cela lui a prit du temps d’intégrer tout cela. J’aurais du m’obliger à créer des tableaux de routine matinale pour nous aider comme je le souhaitais au départ, car la visualisation aide beaucoup l’enfant. En plus, si c’est ludique et qu’il peut participer c’est encore mieux !

Pinterest regorge également de ce type de tableau qui simplifie la vie des enfants et de leurs parents. Voici un florilège :

4. Jouer

Certains matins, ça me passe un peu au-dessus, je le reconnais. Et j’aimerais bien que tout soit bien plus facile. C’est sans compter sur notre Bella qui vient de passer dans le mode « joueur solo » et « je tire à vue sur tout ce qui bouge si vous vous mettez en travers de mon chemin ! » Et oui, bientôt 2 ans ! 

Alors on joue, on rigole, on se cache, on détourne l’attention… Ce n’est pas du 100% mais ça aide pas mal quand même.

Et pour la grande, on invente des histoires, je rentre dans son jeu, j’imite des personnages, je prends de drôles voix qui l’a font marrer et je l’entraîne de pièces en pièces, d’action en action mine de rien. C’est vrai quoi… la vie des adultes est tellement barbante et routinière ! Un peu de fun que diable !

Photo by Снежана from Pexels

Cela demande de l’énergie d’inventer, d’imaginer, d’anticiper les mouvements de nos enfants pour éviter les distractions… Et certains jours je n’ai pas envie de me mettre dans la peau d’un personnage. Pourtant, quand on y pense, faire cela est émotionnellement beaucoup moins fatiguant que de crier sur son enfant et de se mettre les nerfs en pelote. Non ?! Et puis il y a des jours où elle même n’est pas d’humeur à jouer. « Je ne veux pas aller à l’écoooole ! » Dans ces cas là, je creuse pour connaître la raison et tenter de trouver une solution qui la rassurerait. Je la motive avec quelque chose qu’elle aime bien « chorale, bibliothèque, faire le trajet en draisienne… » et je m’occupe d’elle à 100% pour ne pas lui laisser l’occasion de se faufiler ^^ Je lui dis que je comprends ses émotions. J’ai découvert il y a peu qu’il est inutile de lui faire entendre raison ou d’expliquer sans cesse les mêmes choses. En effet, lorsque l’enfant est dans une émotion négative, son cerveau n’est pas en mesure de rationaliser les faits. Comme l’adulte ^^

J’espère que mon partage vous aidera à vous créer votre organisation pour des matins plus sereins avant de partir à l’école ! Si vous avez vos propres astuces, je vous invite à nous les écrire dans les commentaires 🙂

Partagez !

Vous aimerez aussi