2 ans après ma reconversion professionnelle, je fais le bilan !


Entreprendre, Lifestyle / 19 avril 2021

Je me suis toujours dit que créer une entreprise, ce n’était pas pour moi. Mais j’avais une vision assez étriquée de ce que cela impliquait ou pouvait être. J’ai choisis de changer de domaine d’activité il y a 2 ans 1/2 et de sauter dans l’aventure de l’entrepreneuriat ! J’ai créé ma micro-entreprise il y a 1 an et si les débuts ont été difficiles et plutôt incertain, ça décolle bien pour moi en ce début d’année 2021.

Je n’aurais pas cru cela possible mais devenir entrepreneure m’aura apporté d’énormes bénéfices aussi bien au niveau professionnel que personnel. Et même si l’aventure devait être écourtée faute de rentrée d’argent suffisantes pour poursuivre, je suis persuadée de ne pas regretter d’avoir osé un jour me lancer.

Bref rappel de mon parcours jusqu’à aujourd’hui

Novembre 2018 :

Je lance ce blog pour partager mes découvertes.

Décembre 2018 :

Je démarre une formation sur le blogging qui traitera également de sujets plus larges sur l’entreprenariat. Mon envie est de créer des formations en ligne et de générer des revenus grâce à ce blog. 

Mars 2020 :

J’ouvre ma micro-entreprise en tant qu’assistante digitale pour une infopreneure qui propose des formations en ligne sur la parentalité. Je l’assiste pour tous les aspects chronophages de son activité. En parallèle, j’ai toujours du mal à trouver mon positionnement avec mon blog, je rame beaucoup beaucoup !

Juin 2020 :

Je signe un 2e contrat en tant qu’assistante digitale. Néanmoins ces 2 missions ne m’assurent qu’un petit Chiffre d’Affaires (500 € mensuels)

Octobre 2020 :

J’intègre un coaching de groupe et en individuel également pour m’aider à me trouver quant à ce blog et à mes ambitions professionnelles. J’ai vécu des mois de grosses remises en question. J’ai quelques missions par ci, par là mais cela me permet simplement de m’entraîner, de voir ce qui me convient ou pas. Je sous-estime grandement ma valeur et le temps que cela me prend à réaliser ces missions, ce n’est pas du tout rentable.

Mars 2021 :

Mon CA va enfin décoller progressivement. Grâce à un alignement tout fraichement trouvé, une confiance en moi et une détermination à toute épreuve, je rencontre 3 fabuleuses personnes pour qui je suis heureuse de commencer à travailler. Mes estimations me prédisent que ces 3 contrats devraient assurer la pérennité de mon entreprise d’ici la fin de l’année 2021. Je suis enfin rassurée !

Bilan entrepreneurial : il y a 2 ans j'ai décidé de lancer mon activité. La transformation de vie que j'y ai gagné.
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement :

Les bénéfices acquis en passant le cap de l’entreprenariat.

Confiance en moi

Le point n° 1, celui sur lequel j’avais axé ma demande de coaching d’ailleurs, car je sentais bien que ça pêchait grandement à ce niveau là.

Et pourtant, ouvrir mon blog m’a permit dès le départ de gagner en confiance. Grâce à tout ce que j’ai entrepris, d’avoir osé proposer et répondre à des partenariats, à aider celles qui se sentaient en difficulté, en organisant un sommet virtuel avec 20 intervenantes (j’avoue être encore étonnée d’avoir réussi à faire ça !).

Au fur et à mesure, j’ai pris de plus en plus confiance et avec ces 4 mois de coaching, je me sens différente et plus assurée. Je mets en pratique rapidement ce que j’apprends, je repousse mes limites chaque fois un peu plus. Et ça se ressent également côté personnel. Alors que j’ai plutôt tendance à être en retrait, à ne pas oser intervenir dans une conversation, je me surprends à être de plus en plus à l’aise dans les conversations et à oser aller vers les autres, à ne plus attendre dans mon coin que les autres viennent à moi. Et c’est tellement gratifiant car j’ai des conversations passionnantes et je ne m’ennuie pas !

Trouver un sens

Un point hyper important pour moi et qui m’aide à me lever le matin (bon en revanche l’hiver c’est dur quand même !). J’ai besoin de savoir que ma vie a un sens, que je peux apporter quelque chose aux autres. J’ai trouvé ce qui me donne la motivation d’avancer et de vouloir progresser et pas seulement d’attendre que les jours passent. Surtout dans ce contexte actuel où il serait tellement facile de tomber dans la déprime en attendant que la situation revienne à la normale.

Je n’avais pas trouvé ce sens dans mon ancienne activité professionnelle, ce qui engendrait une démotivation quasi permamente les dernières années, du découragement et de la fatigue mentale. 

Aujourd’hui, je me sens alignée avec ce que je fais, avec les messages que je porte, et je suis totalement en accord avec mon job.

Rencontrer des personnes fabuleuses

Ne pas avoir de collègues, clairement, ce fût le plus difficile pour moi la 1ère année (surtout que j’appréciais énormément mes collègues de travail !). Ne pas avoir ce soutien quotidien, cette soupape où l’on discute de tout et de rien, a été assez compliqué.

Cependant, grâce à ma formation en 2019 et à tout ce que j’ai osé entreprendre par la suite, j’ai fait des rencontres fabuleuses de femmes ambitieuses, empathiques et bienveillantes. Des personnes qui m’ont inspiré, qui me font découvrir de nouvelles perspectives, m’ouvrent le champ des possibles, me soutiennent et m’encouragent.

Contribuer au monde

Grâce à mon coaching, je me suis révélée et ressens des ambitions fortes et en alignement total avec ce que je suis. Surtout, ce que je sentais au fond de moi depuis tant d’années mais pour lesquelles je ne comprenais pas ou ne savais comment faire émerger mes idées, prennent leur place aujourd’hui. J’ai découvert que j’avais une soif de contribuer au monde de demain et j’ai surtout repéré des outils pour le faire, qui me ressemblent et sont à ma portée. 

Avoir un équilibre pro / perso

Pouvoir choisir le rythme de travail qui me convient est synonyme de liberté pour moi et ça n’a pas de prix ! Si j’ai bien un mot qui revient sans cesse dans ma bouche, c’est celui-là ! Et depuis longtemps, je ressens ce besoin d’être libre, de faire ce qu’il me plaît au maximum et ne pas me sentir contrainte.

Malgré les horaires d’école à respecter, et le propre rythme de mes filles (qui n’est tout de même pas tout à fait celui que je souhaiterais avoir ^^), j’apprécie avoir des journées de travail plus courtes, emmener ma grande à l’école, ne pas lui imposer la cantine chaque jour, pouvoir être davantage présente pour elles, et surtout en forme et non fatiguée.

Je ne cache pas grandement apprécier les jours où elle est à la garderie – à sa demande d’ailleurs – et que j’ai mon entreprise dans la tête presque H24 !

Ne plus subir les transports en commun

En lien avec le point ci-dessus, je ne supportais vraiment plus, devoir prendre les transports en commun dans les 2 dernières années de mon travail salarié. Les retards, les grèves, courir pour attraper le tramway, me déplacer sous la pluie (je déteste quand il pleut !), me geler les pieds le soir l’hiver en attendant le train, me coller aux autres et devoir subir leur musique, leur bavardage, leur odeur… (dis comme ça ça fait très ours asocial !). C’était tellement devenu insupportable pour moi que cela m’a littéralement poussé à sauter le cap de changer de vie, déménager et donc changer de boulot.

J’ai donc fait le choix du télétravail et même si cela a quelques inconvénients, clairement, je n’ai jamais regretté ma décision et profite d’un nouveau confort de vie dont j’ai tant rêvé ! Autant vous dire que le train quotidien, il ne me manque pas !

A lire également : Comment j’ai décidé de vraiment améliorer ma vie

Kiffer mon job comme je ne l’aurais jamais cru possible !

J’ai toujours considéré le travail comme un fardeau à supporter pendant une quarantaine d’années. Comme on n’a pas le choix, on va essayer de faire en sorte que ce soit le moins pénible possible… Mais je n’avais pas envisagé la possibilité de tant aimer mon job que je n’aurais pas envie de faire autre chose de mes journées !

Avant cette prise de conscience, j’ai donc subi une paire d’années dans ma vie professionnelle d’avant, à compter les jours avant les vacances, à détester le lundi et à attendre impatiemment le vendredi soir. 

Depuis ma reconversion, je suis étonnée de voir les journées passer si vite, à avoir hâte de me mettre devant mon écran et travailler, travailler…. À être parfois souvent déçue que ce soit déjà l’heure d’aller chercher mes filles le soir, à ne plus savoir ce que le mot vacances veut dire (bon, c’est aussi du à la situation sanitaire actuelle, faut pas se le cacher).

J’aime mon travail et je suis déterminée à tout faire pour le conserver ! Et franchement, ça change tout dans ma vie. Et oui, vu le nombre d’heures que l’on passe à travailler, c’est quand même bien plus agréable quand on l’apprécie et qu’on ne s’ennuie pas !

Découvrir que j’adore me former et apprendre

Là encore, j’ai fait une autre grande découverte ! J’ai longtemps été persuadé de ne pas aimer apprendre. Que je ne retenais pas grand chose. J’ai été une élève studieuse mais également laborieuse et dès mes diplômes en poche, j’ai cessé tout apprentissage. Au delà du fait que c’était une erreur, il est évident maintenant que c’est aussi parce que je n’avais pas étudié les sujets qui me passionnent. Et quand on se documente sur des sujets qui nous intéressent, tient tient, on retient beaucoup plus facilement ! Je ne détaille pas davantage ce paragraphe puisque j’ai écrit un article sur ce sujet (lien ci-dessous).

A lire également : De scolaire laborieuse à boulimique de formations

Pouvoir faire mes propres choix 

Ne pas avoir de patron qui me donne des consignes contraires à ce que je pense et aimerait faire, pouvoir faire mes propres choix, choisir moi même mes stratégies, etc. Bon, tous les chefs ne se valent pas heureusement et certains valorisent vraiment leurs équipes et ont un très bon management (c’est clairement en train de bouger ça aussi, même si trop lentement…).

Néanmoins, cet avantage est aussi à double tranchant, c’est-à-dire une grosse source de stress. Car faire ses propres choix, c’est aussi prendre le risque de se louper complètement, d’hésiter sans pouvoir en discuter avec quelqu’un et se rassurer sur les résultats, être responsable de ses choix et se maudire de ne pas avoir fait les bons ! C’est pour ça que se créer un réseau de soutien est super important ! 

De plus en plus fière de moi

Si vous ne l’avez pas encore compris, je suis excessivement fière de moi depuis que j’ai fait ce changement dans ma carrière. Je suis fière d’avoir osé changer de job, de domaine d’activité, de m’être lancée dans l’entrepreneuriat. J’ai tant gagné sur moi (et je suis certaine d’oublier plein de choses à dire), que cette expérience sera bénéfique pour moi, quelque soit les choix professionnels que je ferai par la suite. Je suis certaine de réussir à valoriser mon parcours si je devais reprendre une activité salariée. Mon niveau d’assurance, tous les apprentissages sur la gestion d’une entreprise etc me sont aujourd’hui un gros bagage.

Les moins bons côtés de l’entrepreneuriat

Les remises en question

Ce n’est pas évident à gérer quand on est seul et qu’on se pose un milliard de questions sur ce que l’on fait, ce que l’on devrait faire, si on fait les bons choix, si on ne s’est pas trompé, si on est assez compétent pour faire telle chose etc. C’est le jeu, ça fait partie du parcours entrepreneurial et aujourd’hui j’arrive à l’accepter. Mon coaching m’a beaucoup aidé à relâcher la pression, à voir les ouvertures possibles, et je sais pouvoir compter sur du soutien en cas de panique ou de question existentielle !

Et surtout, j’ai découvert que ce n’est qu’en faisant qu’on apprend et que l’on sait si on a prit la bonne décision. Et non pas en essayant de tout peaufiner toute seule dans mon coin et en voulant que tout soit parfait (je sais de quoi je parle ^^). Cette prise de conscience m’aide beaucoup à relativiser, à agir et à moins me poser de questions.

L’instabilité financière

J’ai la chance d’avoir bénéficié d’une rupture conventionnelle, et donc d’avoir 2 ans d’allocations chômage. Je pense que c’est clairement ce qui m’aide à croire en mon projet et à persévérer. Pour autant, j’ai du revoir mon budget personnel à la baisse et à arrêter de culpabiliser de ne pas participer autant qu’avant aux charges de la maison.

Dans mon cas, je vis aussi dans le stress de ne pas savoir si je vais pouvoir continuer mon activité ou s’il me faudra reprendre un travail alimentaire à la fin de ces allocations chômages… Jimmy ne m’en a jamais fait le reproche, alors je le fais pour 2 ^^

Le manque de budget pour un crédit immo

Là aussi, nous avons vécu de grandes sources d’angoisse et d’incertitude… Nous sommes en train d’acheter une maison. Les indépendants peuvent souscrire un prêt immobilier mais n’ayant ni un chiffre d’affaire suffisant, ni le nombre d’années attendu par la banque, je ne compte pas dans le calcul du taux d’endettement.

Les démarches ne sont pas forcément plus compliquées nous concernant, en revanche, nous avons du nous éloigner jusqu’à 1h de notre logement actuel afin de trouver une maison qui rentre dans notre budget sans nous mettre sur la paille ! Et ce fût une grande source d’angoisse pour moi. D’autant plus que ce projet ne figurait pas dans notre planning de 2021 (contrat de bail non renouvelé malheureusement), mais plutôt fin 2022, 2023, pour justement me laisser le temps de montrer à la banque des bilans financiers corrects, que mes revenus soient pris en compte et ainsi augmenter notre capacité d’emprunt.

Le temps que cela prend pour avoir une activité rentable

Certains réussissent très rapidement à vivre de leur activité, surtout sur le web, les investissements financiers étant minimes, il est tout à fait possible de se créer une activité rentable dans les 6 mois.

En ce qui me concerne, ce fût plus long (2 ans), car j’ai eu beaucoup de mal à trouver mon positionnement, à savoir quoi proposer et comment, à me défaire d’un tas de croyances limitantes. J’ai pas mal tourné autour du pot ! Sinon je pense que j’aurais pu me dégager un SMIC au mimimum dans les 8 à 12 mois suivant le lancement de mon blog, si j’avais su dès le départ quelle stratégie et quelle vision adopter.

Seulement, encore une fois, c’est en faisant qu’on apprend. Et tous ces mois passés m’ont permis d’engranger beaucoup de connaissances et de compétences que je peux mettre en valeur aujourd’hui.

Avez-vous vécu une reconversion professionnelle ? Un changement de travail qui vous apporte davantage de sens et de confort aujourd’hui ? Ou est-ce une étape que vous n’osez pas encore entreprendre, qu’est-ce qui vous bloque ? Echangeons dans la partie commentaires 🙂 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.